Elevage des poules

L'ELEVAGE DES POULES

Leur élevage, vous apportera des satisfactions. Elever des poules est simple. Peu coûteux, rentable.

 

 

 

LES DIFFÉRENTES RACES DE POULES
Chaque race, et elles sont fort nombreuses, ayant des aptitudes particulières, j'ai retenu, dans les tableaux qui suivent, que les poules offrant les meilleures garanties.
Les races pondeuses:
* Les excellentes pondeuses pondent deux cents â trois cents œufs par an environ.
Leghorn, Barnevelder, Hambourg
*Les très bonnes pondeuses pondent cent cinquante à deux cents par an environ
Wyandotte, New-Hampshire, Brackel, Maranse,ect……..
*Les bonnes pondeuses pondent cent à cent cinquante oeufs par an environ
Sussex, Rhode-Island, Gatinaise, Gauloise,Bresse, Bourbonnaise, Orpington,La Fléche, Bleue de Hollande,
Les races mixtes:
Elles conjuguent les deux avantages et vous les conseillent si vous souhaiter elever une race à deux fins.
Bourbonnaise, Gatinaise,Crevecoeur,Merlerault,Plymouth-Rock,Coucou de Malines,ect….
Les races de chair:
Elle vous embaumerons le palais
Caumont, Crevecoeur,

LaFléche,Gournay,Bourbonnaise,Bresse,Gatinaise,Faverolles,Houdan,Bleu de Hollande,Bourbonnaise,Bourbourg,Barbezieux,ect..
Tout doivent être nourries au grain.

LEURS MOEURS:
Polygame. Le coq intrépide, hardi et vigilant, règne en despote sur ses sujets, poules. Poulets et poulettes qu'il conduit, défend ou menace. Emblème de l'ardeur, il tient sa réputation des combats furieux qu'il livre à ses congénères lorsque leur ardeur les porte en même temps sur la même femelle; le plus fort empêchera les autres d'exercer leur état. Synonyme d'amour maternel la poule, quant à elle, est plus pacifique, mais défend avec courage sa progéniture. Chez les jeunes sujets, on observe l'instauration d'une hiérarchie précise qui s'établit au cours de combats, parfois meurtriers; les vainqueurs s'octroient le droit de donner des coups de becs aux vaincus ou de manger avant eux. A ce propos, notons que ce n'est pas le cas pour le coq, dont l'appétit sait attendre jusqu'au moment où toute sa cour s'est mise à picorer.

LE DOMAINE DES POULES:
Pour mener à bien un élevage de poules, il faut procurer à ces dernières un terrain capable de satisfaire à leurs ébats et à leur besoin de verdure, ainsi qu'un logis confortable où elles pondront et dormiront. De plus 80 œufs font la différence Que veulent dire excellente ou bonne pondeuse? Une poule qua4fiée d'excellente pondeuse pond:200 à 300 ou environ par an. Une poule qualifiée de très bonne pondeuse pond:200 œufs environ par an. Une poule qualité de bonne pondeuse pond:100 à 150 œufs environ par an.

Le terrain:
Il est indispensable, pour éviter que les volailles ne dénudent et n'infectent le terrain (herbu de préférence) qui leur est destiné, que celui-ci soit suffisamment vaste. Au-dessus d'une cinquantaine de bêtes il faut compter huit à dix mètres carrés par tête mais, en dessous, la moitié peut suffire. Vous diviserez ce terrain en deux parcelles et mettrez les poules tantôt dans l'une, tantôt dans l'autre. Ce « système tournant permettra la repousse de la végétation, lorsque celui-ci sera partiellement ou totalement désherbé et pollué. Pour réensemencer, vous utiliserez un mélange de graines de ray-grass anglais, français et italien, de fétuque des prés ou de fétuque rouge, de pâturin, de fléole des prés, de trèfle hybride et de colza. La présence d'arbres (fruitiers de préférence. parce que les poules aiment aussi les fruits) au milieu du terrain sera la bienvenue; ces derniers assureront de l'ombre en été. Enfin, la proximité d'un point d'eau fraîche et propre est indispensable.
A noter: vous pouvez élever vos poules sur terrain nu, mais, outre que celui-ci devra être particulièrement sec, vous serez obligé de distribuer force verdure en compensation. Dans un cas comme dans l'autre, un jardin potager annexe sera fort utile, car même si le terrain est herbu, un supplément d'alimentation fraîche sera nécessaire.
Le poulailler:
Vous pouvez envisager deux possibilités pour loger vos poules: le poulailler fixe ou le poulailler transportable. Quel que soit votre choix, ce logement devra répondre à trois impératifs: être bien sec, donc surélevé de préférence1 bien aéré et facile à entretenir.
 

LE POULAILLER:
Si le poulailler transportable n'est qu'un simple abri, il n'en va pas de même pour le poulailler fixe qui est une véritable construction, pourvue du maximum de confort. Sur le terrain, vous le placerez à votre guise si vous utilisez le système tournant, sinon il faudra le construire au centre.

Ses dimensions:
Les dimensions au sol d'un tel poulailler varieront selon l'importance du cheptel : il faut compter au minimum! 1 mètre carré pour trois poules (et 4 au maximum s il s agit d une race lourde).D'un seul tenant, la bâtisse aura environ 1,50 à 2 mètres de hauteur, pour les races pondeuses, il vaut cependant mieux construire plusieurs poulaillers qui abriteront les volailles dans la proportion de un coq pour sept à huit poules.


Sa construction:
Vous construirez votre poulailler en tenant compte d'une orientation permettant le maximum de clarté, soit au sud-sud-est.
* Le sol, de préférence en bois, sera surélevé pour éliminer l'humidité.
*Pour les murs, vous choisirez les matériaux en fonction de votre région et de vos moyens financiers entre le bois, excellent isolant thermique, les briques creuses. Ce dernier est très résistant.
* L'éclairage sera assuré par des baies vitrées d'une surface égale au tiers de la façade. Ces baies seront inclinables pour assurer une aération supplémentaire à la belle saison. L'aération principale sera, quant à elle, assurée par une classique cheminée prenant l'air au sol, ce qui permet par ailleurs une bonne désodorisation des litières.
* Le toit, en pente pour faciliter l'écoulement des eaux, sera double: en tôle ondulée à l'extérieur, en bois à l'intérieur. Les abords immédiats de ce poulailler risquent d'être dégradés par les volailles, vous recouvrirez donc de claies de bois ou d'une chape de ciment.


Son aménagement
Dans le poulailler. Les poules doivent pouvoir dormir, pondre et manger: vous diviserez donc l’espace par tiers en fonction de ces trois impératifs.
*Les perchoirs, où dorment les poules. Seront constitués par des lattes de 3 à 4 centimètres de largeur sur 2 centimètres d'épaisseur, leur nombre et leur longueur étant fonction du nombre d'habitants, à raison de cinq poules au mètre par perchoir.
Chaque perchoir sera distant du précédent de 20 centimètres environ et sera placé à 70 centimètres environ du sol. En-dessous, à 20 centimètres, vous placerez une planche qui recueillera les fientes.
A noter: pour gagner de la place et si votre poulailler est suffisamment haut, vous pouvez placer les pondoirs sous la planche à déjection, mais dans ce cas vous relèverez le tout donc 50 à 70 centimètres. Les pondoirs individuels, seront constitués par de petites caisses de bois cubiques, de 35 centimètres d'arête, garnies de paille ou de copeaux de bois blanc. Vous les placerez le long d'un mur ou sous la planche à déjection des perchoirs; dans ce cas vous les mettrez ex aussi sur une petite planche, à quelques centimètres du sol. (Au lieu de poser les pondoirs afin qu'ils soient accessibles à la poule par le dessus, on peut les insérer dans un mur, comme les niches d'un colombier, leur corps se terminera à l'extérieur du poulailler; là, ils seront clos par une trappe grâce à laquelle vous aurez accès aux œufs. Ce système facilite le ramassage des œufs.
*Les mangeoires ou trémies, que l'on achète dans les magasins spécialisés, devront être en quantité suffisante. Il faut compter 15 centimètres de trémie par poule. Dans les trémies vous servirez pâtée et verdure, mais pour les grains vous utiliserez des trémies particulières qui distribuent le grain.
Les abreuvoirs les plus pratiques sont de type siphoïde: ils évitent aux oiseaux de polluer l'eau par des bains inutiles. Si vous les achetez dans le commerce, utilisez des abreuvoirs contenant six litres d'eau et placez-en trois pour dix sujets. Vous pouvez construire vous-même des abreuvoirs de ce type à l'aide d'une bouteille renversée sur un récipient circulaire.
*Les bacs à gravier sont indispensables; en effet, c'est grâce au gravier que les graines ingérées seront broyée dans le gésier de vos poules. Casseroles hors d'usage pourront très bien en tenir lieu.
* Les bacs à sable sont recommandés; constitués par de vieilles caisses, par exemple, ils seront remplis de sable additionné d'une légère quantité d'insecticide en poudre. Les poules viendront s'y ébrouer pour se nettoyer, vous éviterez ainsi la prolifération des parasites.

A noter: vous doterez ce poulailler de l'électricité si vous désirez augmenter le rendement de la ponte en hiver. En allumant le matin avant le lever du jour, vers six heures environ et le soir vers vingt heures pendant deux heures.

LE POULAILLER TRANSPORTABLE:
Comme son nom l'indique il est destiné à être déplacé et il est en faveur chez les éleveurs qui ont de grands terrains. Simple abri, il sera amené dans les champs où les poules circulent en liberté pour se nourrir, mais elles viendront y pondre et dormir.

 

 

LA POUSSINIÈRE:
Si les poussins sont menés par une poule, vous pouvez à la rigueur les laisser dans le poulailler, mais comme ils ont besoin de calme, de chaleur et d'une nourriture appropriée, il est bon de les séparer des adultes et de les placer dans un local bien à eux: la poussinière attenante au poulailler ou une pièce sèche et bien éclairée, sans aménagement particulier autre que les chauffages et parfois une éleveuse artificielle, réservée à cet effet. Il faut compter 1 mètre carré au sol pour une vingtaine de poussins. L'aménagement: de cette poussinière, les poussins vivront seuls ou avec leur mère. Dans le premier cas, il faudra les glisser sous une éleveuse artificielle, sorte de tente chauffante, qui remplacera la chaleur de la mère. Dans les deux cas, il faudra prévoir des mangeoires et des abreuvoirs. Les mangeoires ou trémies doivent être modifiables, puisque leur longueur variera en fonction de l'âge des poussins. Il faut en effet compter 3 centimètres de trémie pour le poussin d'un jour et 1 centimètre de plus par semaine jusqu'à concurrence de 15 centimètres, longueur moyenne pour une poule adulte. Une grande mangeoire sera placée en plus dans la poussinière pour la mère si elle vit avec ses poussins. Les abreuvoirs seront aussi en nombre variable. Pour dix sujets il faut compter: un abreuvoir de 2 litres jusqu'à trois semaines, deux abreuvoirs de 5 litres de trois à douze semaines, puis trois abreuvoirs de 6 litres.

LA BOITE D'ÉLEVAGE:
L'emploi d'une boîte d'élevage est quelquefois préconisé dans les élevages familiaux ne pouvant disposer de locaux spéciaux. A défaut de poussinière on utilisera donc une « boîte» servant à protéger les jeunes oiseaux obligés de vivre avec les adultes. Sans fond, elle sera constituée par une simple « cloche» grillagée ou une vieille caisse dont l'un des côtés sera remplacé par un grillage. La boîte d'élevage peut être perfectionnée dans ce cas elle possèdera un fond et on lui adjoindra un petit parc grillagé; on utilisera ces boites aussi bien a l'intérieur du poulailler qu'à l'extérieur s'il fait beau. Elles ne serviront que le jour, le soir les poussins retrouveront leur mère et dormiront cachés sous ses ailes.

LA PRODUCTION DES POUSSINS:
S'il peut être amusant de faire couver les poules d'un élevage familial, il faut savoir que cette production de poussins est généralement réservée aux grands producteurs, voire aux « industries» qui, grâce à des couveuses artificielles, mettent sur le marché des millions de poussins d'un jour.


La ponte:
Si la poule n'a pas besoin de coq pour pondre des œufs, la présence de ce dernier est nécessaire pour qu'ils soient fécondés, et il faut compter un coq pour sept à huit poules. Une poule pond toute l'année, mais c'est entre janvier et juin qu'elle pond le plus et la période optimale pour la faire couver se situe au printemps. Ainsi vous aurez des poussins du même âge et votre travail en sera facilité; de plus ces poussins auront pris assez de vigueur pour résister à la mauvaise saison..

Le stockage des œufs:
Dès le printemps venu, vous ramasserez les œufs et vous les mirerez pour voir s'ils sont fécondés. Le cas échéant vous les garderez à l'abri, dans une pièce tempérée enfouis dans un bain de sable ou de grains d avoine et vous les tournerez chaque jour d un quart de tour. Au bout d'une dizaine de jours vous les replacerez sous la mère ou sous une autre poule à raison d'une quinzaine d'œufs par couveuse.

Le choix de la couveuse:
Lorsqu'une poule a des velléités de couver, elle manifeste son désir en gloussant, en se gonflant tout en hérissant ses plumes, en allant fréquemment au pondoir où elle reste de plus en plus longtemps accroupie. Parmi les poules qui répondent à cette description vous choisirez les plus calmes, les mieux emplumées et les plus grosses. De plus pour expérimenter leur savoir-faire et leur assiduité à couver, vous leur laisserez pendant trois jours environ des œufs clairs ou des œufs factices.
A noter: à défaut de poule vous pouvez utiliser une couveuse artificielle; de capacités différentes elles peuvent mener à éclosion de douze à vingt mille œufs.

Les mesures sanitaires:
Elles consistent à assurer un nettoyage régulier du poulailler, à désinfecter soigneusement les installations et les parquets herbeux; vous observerez un « repos » suffisant de ces derniers . Vous ferez une chasse sans merci aux renards, aux rongeurs et aux insectes susceptibles de pénétrer dans le poulailler. Il convient aussi de prendre quelques mesures d'ordre médical: les vaccinations à quatre jours, quatre semaines et quatre mois contre la maladie de Newcastle, et à six semaines contre la bronchite et la variole. Vous administrerez régulièrement et systématiquement des vermifuges et des anticoccidiens. Enfin, chez les pondeuses1 vous procéderez à une chimio-prévention de pub rose qui a fait de grands dégâts il y a quelques années
 

L'incubation Naturelle:
Vous installerez votre poule au poulailler, dans une caisse ou dans un panier garni de paille froissée et de foin, où vous aurez déposé les œufs. L'incubation dure vingt et un jours. Vous placerez près du nid la nourriture et la boisson de la couveuse; certaines poules sont si consciencieuses qu'elles sont capables de se laisser mourir de faim plutôt que d'abandonner leurs œufs, il faudra donc les lever non seulement pour qu’elles s alimentent mais encore pour qu’elles aillent s'ébattre et libérer leurs intestins. Dès le dix-huitième jour vous humidifierez les œufs pour faciliter l'éclosion; vous aurez soin de faire couver plusieurs poules ensemble de manière à avoir un maximum de poussins du même âge.
 

L'incubation artificielle:
L'éclosion:
Les uns après les autres les poussins perceront leur coquille. Ils resteront sous leur mère jusqu'à ce que, tiraillés par la faim, ils sortent du dessous de l'aile. C'est à ce moment là, environ trente-six heures après. Pour reconnaître un œuf bien fécondé Lorsque l'œuf est clair, il est aisé de conclure que l'œuf n’est pas fécondé. Lorsque l'œuf est barré d'un trait rouge et qu'un point de même couleur bouge à l'intérieur, vous avez affaire à un faux germe. Lorsqu'un embryon présente des filets rougeâtres à l'intérieur de l'œuf ce dernier est bien fécondé l'éclosion, qu'il faudra placer la mère et sa progéniture dans la poussinière ou les poussins seuls sous l'éleveuse.

L'ÉLEVAGE DES POUSSINS:
Pour conduire cet élevage vous pourrez: Laisser les poussins avec leur mère soit au poulailler et dans l'enclos, est dans la poussinière, soit enfin les séparer de celle-ci et les mettre sous une éleveuse artificielle.
Avec leur mère
Elever des poussins parmi les autres volailles comporté quelques risques, même si la boite d'élevage en supprime bon nombre. La meilleure solution consiste à placer les couveuses et leurs petits dans la poussinière à une température ambiante de 20 à 21 °C pendant cinq â six semaines, âge auquel les poussins pourront sans dommage rejoindre le reste de la basse-cour.
Sous l'éleveuse artificielle:
Trente heures environ après l'éclosion, vous placerez vos poussins dans la poussinière, sous l'éleveuse artificielle. Cette dernière devra assurer aux poussins une température constante de 34°C la première semaine, de 30 oc la seconde, de 28 °C la troisième et diminuer de 2o°c les semaines suivantes pour arriver à 22 oc. la sixième semaine; ensuite les poussins rejoindront les adultes au poulailler.

LA NOURRITURE DES POUSSINS
Vous ferez observer un jeûne de trente-six heures aux poussins qui finiront ainsi d'assimiler le vitellus de leur vie embryonnaire. Vous ne leur donnerez que de l'eau pure dans de petits abreuvoirs spéciaux.
Les 7 premiers jours
Les poussins mangent très peu pendant cette première semaine; ce n'est qu'après ce temps que leur croissance se précipitera et que leurs besoins s'intensifieront.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site